fbpx

Une formation en kinésithérapie pour malvoyants

Une formation en kinésithérapie pour malvoyants

« C’est un gène qui est transmis par la mère, elle le porte, mais elle ne le déclenche pas. Il peut se déclencher sur le garçon à l’âge de 5 ans comme à 70 ans. Moi, c’était à 15 ans. A l’époque, je jouais au handball. Un jour, mes parents me regardaient jouer et ils m’ont dit que je n’avais pas bien joué. Je leur ai dit : c’est normal, je ne vois pas bien d’un œil. Dans la douche, je me frottais l’œil comme si c’était une crasse que je voulais enlever. J’ai comme une tâche au milieu de l’œil et je ne vois que ce qui est périphérique. Je ne vois pas votre visage, par exemple !

Voici l’histoire d’Antoine Gonzalez, aujourd’hui kinésithérapeute depuis quatre ans au Centre de Rééducation d’Issoudun. Son avenir n’était pourtant pas destiné au monde médical. Issu d’un baccalauréat littéraire, la kinésithérapie s’est finalement montrée comme une évidence.

Une formation à l’écoute

Six ans de formation plus tard, Antoine devient un expert du mouvement perturbé. L’Association pour la Promotion Sociale des Aveugles et Autres Handicapés (APSAH), cet institut de formation adapté aux déficients visuels lui aura donné toutes les clés pour réussir. Locaux et matériels pédagogiques, une équipe sensibilisée, un encadrement médical mais aussi psychologique. Cet enseignement offre un accompagnement adapté en faveur de l’insertion professionnelle.

Aujourd’hui, la profession d’Antoine lui permet de jongler entre conseil, réhabilitation, prévention et bien d’autres activités. Son handicap le pénalise pour certaines de ces tâches, mais cette sensibilité lui permet de s’identifier et comprendre les maux de ses patients. En effet, l’expertise du mouvement perturbé est un métier de relationnel et d’empathie.

Grâce à cette formation pédagogique, mais surtout aux efforts menés, ce jeune professionnel a su surmonter ses difficultés et atteindre ses objectifs. L’handicap d’Antoine est un combat quotidien mais sa volonté sans faille fait de lui un exemple pour ses patients.

Aujourd’hui marié, et papa d’une petite fille, il mène une vie presque normale! Certaines tâches de la vie quotidienne restent cependant innaccessibles et lui demandent assistance. Son handicap est loin d’avoir toujours été simple à gérer mais chaque jour, Antoine ne cesse jamais d’aller de l’avant. Un exemple à suivre!

Retrouvez l’article complet : Ici.