Textile et braille : Les déficients visuels devineront leurs vêtements

Textile et braille : Les déficients visuels devineront leurs vêtements

À l’âge de 15 ans, le quotidien de Mason Ewing se rythmait de tortures et de violences. Ses oncles et tantes maltraitantes lui auront causé un handicap définitif : La cécité. Alors, prendre fuite face à cet environnement insoutenable s’est présentée alors comme la seule issue pour ce jeune homme.

Après plusieurs années sans domicile fixe, un projet se dessine puis devient comme une évidence : Le stylisme. En 2001, Mason Ewing développe sa propre collection destinée aux personnes déficientes visuelles. Dans cette optique, il inclus des écritures brailles sur ses pièces. Ainsi, il offre à chacun la capacité de comprendre en totale autonomie la couleur et les motifs des vêtements. Son action ne s’arrête pas là : Une partie des bénéfices est reversé à une fondation venant en aide aux enfants handicapés et développant le handisport.

J’ai une fondation qui aide les enfants handicapés et les enfants maltraités, ce qui a été mon cas, poursuit le styliste. Une partie des ressources dégagées par la marque est reversée à la fondation. Je compte également profiter de ce qu’elle rapporte pour investir dans le cécifoot.

Emmanuel Petit, Alioune Touré, ou encore Burno Bellone, tous lui ont montré un soutien des plus total. Cette semaine, c’est le tour de Leonardo Jardim ! L’entraineur de l’AS Monaco, sensiblisé par la cause, a invité le styliste à la Turbie, village de la Côte d’Asur.

Retrouvez les articles complets ici : 1 et 2.