Art et culture : vers plus d’accessibilité

L’art traverse l’Histoire depuis des milliers d’années en prenant sans cesse des formes nouvelles. Aujourd’hui, il devient essentiel d’adapter chaque forme d’art au handicap. Il participe au développement de l’enfant et à son épanouissement dès son plus jeune âge. Le monde artistique s’adapte petit à petit aux difficultés de chacun. Désormais, tout est travaillé et imaginé de sorte à créer une expérience unique. (Découvertes guidées, audio descriptions, ateliers d’apprentissage, planches tactiles…)

Allons faire un petit tour d’horizon de tous ces projets :

Expositions

Aix en Provence nous transporte dans l’univers de Cézanne. L’association Artesens est a l’origine de cette activité : Il s’agit de replacer dans un tableau, des reproductions aimantées de 7 pommes peintes par l’artiste. Entre toucher et odorat, chacun est invité à reproduire une des œuvres de l’artiste comme pour un puzzle.

Rendez-vous maintenant dans le musée Fabre à Montpellier. A cette occasion, le musée du Louvre et la fédération des aveugles de France du Languedoc-Roussillon ont décidé de collaborer. Ainsi est née l’exposition « L’art et la matière – Galerie de sculptures à toucher » qui présente diverses activités à l’aveugle.

Ensuite, Toulouse nous emmène découvrir le monde de l’aviation. En effet, à Aeroscopia, il est possible de toucher un réacteur de l’A300 ou bien se glisser au sein du Concorde.

Enfin, côté capitale, le « P’tit sac explo » permet aux jeunes enfants de découvrir le Maroc et le Groenland grâce à des reproductions tactiles, descriptions audio et commentaires en braille.

Spectacles

Il y a 25 ans, l’association Accès culture mettait en place l’audiodescription au théâtre. Aujourd’hui de nombreux spectacles sont retranscris pour permettre aux spectateurs de se familiariser avec les costumes, les personnages, les déplacements, les échanges… Certains ont écouté la danse, d’autres l’ont imaginée. A Marseille, l’Institut d’Education Sensoriel Arc en Ciel a été invité par la Compagnie la Zouze a créer une chorégraphie à partir des gestes de étudiants, lycéens, seniors.

Ici, on ne touche plus avec les yeux, mais on voit avec les doigts !

 

Retrouvez l’article complet Ici  (pages 4 et 5)